Les lectures d’Histoire du Catharisme magazine n°1

Tous les livres présentés sont disponibles sur commande
Remise de 10% sur le prix public annoncé pour les adhérents du CEC


mercier.jpgFranck Mercier, La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à l’automne du Moyen Âge, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 412 p., 22 €.

De 1459 à 1461, la ville d’Arras en Artois est le théâtre d’une violente persécution dirigée contre des hommes et des femmes que l’inquisiteur du diocèse accuse de se rendre à la «vauderie», c’est-à-dire au sabbat des sorcières. Il faudra trente ans pour que la mémoire des victimes de ce procès célèbre soit réhabilitée par le Parlement de Paris. On a longtemps cru que ce célèbre procès en sorcellerie du XVe siècle était une anomalie dans le cadre de la grande chasse aux sorcières parce que la répression ne s’y déploie pas en milieu rural mais en milieu urbain et parce qu’elle n’atteint pas des marginaux mais des marchands, des échevins, des gens bien installés.
Le livre de Franck Mercier nous fait pénétrer au cœur de ces événements et s’interroge : comment en est-on parvenu à condamner cent vingt-neuf personnes appartenant à toutes les couches sociales de la ville dont douze furent brûlées en place publique ? Quel fut le processus des dénonciations ? Pourquoi y eut-il un tel emballement dans la capitale de l’Artois et fut-il si difficile de calmer le jeu et de faire libérer les suspects ? Et au-delà de ces questions, qui trouvent à l’heure actuelle, par une étrange concordance des temps, des résonnances si particulières, l’historien du Moyen Âge élargit la perspective de son analyse : la Vauderie d’Arras ne concerne pas seulement cette ville ou l’Inquisition.
Il y a derrière cette affaire un véritable enjeu de pouvoir entre deux souverainetés antagonistes, le roi de France et les ducs Valois de Bourgogne. Elles cherchent toutes deux à détenir les clés de l’autorité sur les grandes villes de Flandres et d’Artois.

cheyette.jpgFredric L. Cheyette, Ermengarde de Nabonne et le monde des troubadours, Perrin, 25 €

Combattante, diplomate et souveraine en sa région, la vicomtesse Ermengarde de Narbonne (1144-1194) aura gouverné près d’un demi-siècle la cité de Narbonne, une ville tournée à la fois vers son arrière-pays, le Languedoc des Trencavel, des comtes de Barcelone et de Toulouse et vers la Méditerranée, cet horizon aux fortunes insoupçonnées. Ce que L’historien américain Fredric L. Cheyette entreprend dans ce livre n’est pas seulement la biographie inédite d’une femme aussi célèbre en son temps qu’Aliénor d’Aquitaine. Ermengarde est certes une femme politique hors du commun qui trouvera place dans l’imaginaire des siècles à venir sous les traits d’une femme de cour idéale, chantée par les troubadours de l’Europe entière pour sa détermination face aux événements. Mais Fredric L. Cheyette nous offre surtout à lire sa vision d’ensemble de la société médiévale en Languedoc au tournant des XIIe et XIIIe siècles, dans un style qui se veut résolument accessible au grand public. Le lecteur passe ainsi du monde des marins et des marchands de Narbonne à celui des campagnes du Minervois et des Corbières ; on croise les communautés juives et celles des hérétiques, on découvre les rivalités et les affres des guerres ; on pénètre la singularité et la richesse de la culture occitane poétique et musicale. Jamais depuis bien longtemps, un auteur s’était risqué à dresser un portrait aussi complet de la société médiévale occitane.

hancke.jpgGwendoline Hancke, Femmes en Languedoc. La vie quotidienne des femmes de la noblesse occitane au XIIIe siècle, entre catholicisme et catharisme, La Louve éditions, 2006, 25 €

À partir d’une recherche documentée menée sur les registres d’Inquisition, la jeune historienne allemande Gwendoline Hancke ouvre au lecteur le quotidien des femmes nobles du Midi, de la noblesse rurale en particulier au XIIIe siècle. Son livre, riche et agréable à lire, montre ce monde des femmes languedociennes dans tous ses détails, du vestimentaire au religieux, de l’éducation à la vie affective, des pratiques médicales au rapport avec les enfants, de l’entourage social à la violence physique endurée au quotidien, de la maternité à la manière de concevoir l’amour. Basé sur l’étude d’une trentaine de familles, cet ouvrage nous entraîne au cœur des foyers, puis consacre ses deux dernières parties à ne rien omettre de la relation de ces femmes avec l’hérésie et la religion catholique, aussi bien «à la maison» qu’au monastère. Sans prétendre être exhaustif, ce livre dessine pas à pas un portrait dynamique des femmes méridionales auxquelles s’offrent de multiples choix de vie selon l’entourage social, le niveau d’éducation et les propres expériences de chacune. L’auteur prend un soin tout particulier à nous présenter toute la palette possible de personnages, et c’est tant mieux. Car ainsi elle tente elle même de s’affranchir d’une vision jusqu’ici assez stéréotypée de la femme noble méridionale.

cagots.jpg Gérard Loubès, L’énigme des Cagots, Sud Ouest Éditions, 2006, 187 p., 14,90 €

On a vu en eux des cathares, des excommuniés, des juifs, des vagabonds et plus récemment des lépreux. Depuis longtemps, ils représentent une énigme. Présents sur toute la Gascogne, le Béarn, le Pays basque, la Navarre française ou espagnole, les cagots ont formé jusqu’au XVIIIe siècle une catégorie de gens méprisés, des marginaux vivant en petites communautés, à l’écart des agglomérations. Gérard Loubès, spécialiste de l’histoire économique et culturelle de la Gascogne reprend l’enquête dans ce livre destiné avant tout à un large public. Il expose aussi de nouveaux documents (notamment concernant leur présence dans le Gers), analyse une douzaine d’hypothèses, anciennes et récentes et pose de nouveaux jalons vers ce qui pourrait être l’explication du « phénomène cagot ».

 

logocec2.jpg

 


Répondre

Souvenir Français de Saint-... |
hafiane slimane |
exkodak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spiruline "l'algue bleue au...
| Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3