Les lectures d’Histoire du Catharisme magazine n°5

Tous les livres présentés sont disponibles sur commande
Remise de 10% sur le prix public annoncé pour les adhérents du CEC

bigetpicard.jpgJean-Louis Biget, Hérésie et Inquisition dans le Midi de la France, Picard, 2007 (coll. Les Médiévistes français), 34 €, DIS 82.

 

Professeur émérite d’Histoire du Moyen Âge à l’École normale supérieure des Lettres et Sciences humaines, Jean-Louis Biget a consacré ses recherches à l’histoire urbaine et religieuse du Midi de la France entre le XIe et le XVe siècle. Il est aussi actuellement secrétaire général du comité de publication des Cahiers de Fanjeaux. On lui doit de nombreux articles sur les “cathares”, l’hérésie méridionale et l’Inquisition dans le Midi de la France. Dans les articles rassemblés dans ce volume, publiés entre 1985 et 2003, précédés d’une mise en perspective générale inédite sur l’histoire de l’hérésie en Languedoc entre le XIIe et le XIVe siècle, l’auteur présente sa vision des origines et de la nature exacte de ce phénomène et réfléchit aux causes de son développement et de son effacement dans le contexte global de la société médiévale méridionale.

 

ehrmanchrist.jpgBart Ehrman, trad. Jacques Bonnet, Les christianismes disparus. La bataille pour les Écritures : apocryphes, faux et censures, Bayard, 2007, 39 €, DIS 81.

 

Les christianismes contemporains sont nés d’une lutte de plusieurs siècles pour ­l’orthodoxie. Cette véritable guerre des textes a commencé dès les premiers siècles de notre ère. Dès cette époque, plusieurs versions du ­christianisme furent possibles. Des chrétiens affirmaient que Jésus était à la fois humain et divin, Dieu et homme. D’autres qu’il était totalement divin et n’avait rien d’humain. D’autres prétendaient que Jésus était un être de chair et de sang, adopté par Dieu pour être son fils, mais pas divin en lui-même. Certains tenaient pour sûr que Jésus-Christ était deux choses : un être entièrement de chair et de sang, Jésus, et un être entièrement divin, le Christ, qui, temporairement, avait habité son corps durant son ministère. Il y avait aussi ceux qui voulaient garder le christianisme au sein du judaïsme et ceux qui tenaient à en faire un message universel ; ceux qui croyaient que sa mort avait apporté le salut du monde, sans oublier ceux qui n’y croyaient pas et ceux qui pensaient qu’il ­n’était pas mort. Durant ces premiers ­siècles, les chrétiens furent ainsi confrontés à une multitude de textes sacrés, d’évangiles, d’actes d’apôtres, d’apoca­lypses, de faux, d’ajouts, de censures… Il aura donc fallu attendre le IVe siècle pour que se dégage une perspective chrétienne “correcte” et que s’imposent, aux yeux de beaucoup (mais pas de tous), les vingt-sept livres qui composent le Nouveau Testament. Les autres écrits sont ­attaqués, interdits et ravalés au rang d’écrits hérétiques et souvent détruits.
Bart Ehrman, professeur d’histoire des religions aux États-Unis, spécialiste des hérésies des premiers siècles, nous entraîne dans une enquête palpitante à la recherche de ces christianismes disparus.
Le style de l’auteur, servi par une excellente traduction, est clair et limpide. Il nous plonge au cœur de l’histoire de ces luttes doctrinales qui ont secoué les premiers temps du christianisme, nous montre chacun de ces courants en compétition pour la suprématie doctrinale. Il souligne aussi tout ce que doit à ces luttes le canon vainqueur qui s’impose comme nouvelle religion de l’Empire romain. L’Église, devenue l’institution religieuse, politique et culturelle phare de l’Occident, doit beaucoup à ces luttes intestines des premiers siècles. Une idée guide l’auteur : l’histoire religieuse ne se limite pas aux croyances et aux pratiques victorieuses des conflits du passé. Elle s’agrandit pour nous désormais des croyances et des pratiques vaincues et des circons­tances qui les ont contraintes à disparaître. Captivant.

 

 

costebastides.jpgMichel Coste, Antoine de Roux, Bastides. Villes neuves médiévales, Rempart, Desclée de Brouwer (Coll. Patrimoine vivant), 2007, 22 €, PPC 52.
De quoi sont nées les bastides ? Deux auteurs, Michel Coste et Antoine de Roux, proposent deux approches complémentaires pour analyser ce phénomène urbain essentiel qui a connu un essor exceptionnel entre le Languedoc et l’Aquitaine au cours des XIIIe et XIVe siècles. Dans une première partie, Michel Costes, membre actif du Centre d’Études des Bastides, revient sur la chronologie des fondations de ces villes neuves médiévales et décrit le rôle prépondérant du développement du négoce du vin dans la naissance notamment des bastides aquitaines. À sa suite, Antoine de Roux, urbaniste et docteur en géographie historique, montre comment ce modèle d’urbanisme s’est formé et diffusé au XIIIe siècle et met en valeur la fonction structurante de la place de marché et de l’église paroissiale.

Les points de vue des auteurs, nourris des recherches les plus récentes, sont clairs, se complètent et se nuancent, et invitent chacun à continuer sa propre réflexion sur ces villes neuves médiévales.

 

 

memdom.jpg Dominique, avant les dominicains, Mémoire Dominicaine, Paris, Éd. du Cerf, n° 21, 2007, 30 €, MA 114.

Le dernier numéro de la revue Mémoire Dominicaine rassemble les communications présentées au cours du colloque organisé, en 2006, à l’initiative de la communauté dominicaine de Montpellier, pour commémorer l’épisode de la rencontre, dans leur ville, entre le futur saint Dominique et les légats du pape Innocent III, au cours de l’hiver 1206.

Les auteurs des textes de ce volume privilégient une lecture renouvelée des sources disponibles, dominicaines ou autres, l’étude du contexte régional et international de la venue de Dominique en Languedoc et des circonstances de cette entrevue décisive qui a quelque peu modifié l’esprit de la lutte anti-hérétique dans le Midi avant que la papauté ne remette en avant, et définitivement, l’idée d’une croisade contre les hérétiques.

 

roquebertepopee5.jpg

Michel Roquebert, La fin des Amis de Dieu 1244-1321, Perrin, 2007, 12,50 €, DIS 77T5.
Michel Roquebert, L’Épopée cathare, 5 vol., Perrin, 2007, édition sous coffret, 60,60 €, DIS 83.

Le dernier volume de L’Épopée cathare, La fin des Amis de Dieu 1244-1321, est désormais disponible en format poche, chez Perrin, collection Tempus. Pour couronner cette réédition, l’éditeur propose également les cinq volumes regroupés en un seul coffret.

 


Un commentaire

  1. ZIMMERMANN dit :

    Bonjour, connaissez-vous  » Les terres de feu » de Jean-Jacques BEDU, écrivain de Perpignan ? je ne peux que vous conseiller, si je peux me le permettre de vous renseigner à son sujet car ses ouvrages et sa passion pour le catharisme pourraient vous intéresser, bien à vous, Rébecca

Répondre

Souvenir Français de Saint-... |
hafiane slimane |
exkodak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spiruline "l'algue bleue au...
| Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3