Deux nouveautés le même mois !

Le hasard des calendriers éditoriaux produit quelquefois des coïncidences amusantes. Gisserot et Albin-Michel viennent d’éditer à quelques jours de distance deux nouveaux ouvrages des deux protagonistes principaux de la querelle historique « cathare » : Jean-Louis Biget et Anne Brenon. Nous vous les proposons tous les deux, avec 10 % de remise pour nos adhérents.

bigetlivre.jpgLes Cathares. Albigeois et « bons hommes » / Jean-Louis Biget, Christophe Renault.
Ed. Gisserot, 2008. 15 €

Jean-Louis Biget a prêté sa plume aux éditions Gisserot qui, dans leur nouvelle collection Patrimoine, lui ont confié la rédaction d’un album touristique illustré de nombreuses photographies signées Christophe Renault. Qu’en dire ? Jean-Louis Biget s’était, à de nombreuses reprises, plaint de ce que les historiens compétents, critiques, pas toujours universitaires au sens strict mais dans le champ académique de l’Histoire, ne disposaient pas des mêmes moyens médiatiques que d’autres, moins légitimes, pour faire valoir leurs connaissances et leurs hypothèses. C’est un fait que les maisons d’édition grand-public vont plus vers la notoriété que vers l’Université lorsqu’il s’agit de vulgarisation ou de divulgation. Et de ces choix éditoriaux naissent des habitudes, des dogmes, des manies, auxquels il est souvent difficile, voire impossible, de tordre le cou. D’autant que ces médias grand-public ont également les moyens d’une large auto-promotion, confiant souvent à leurs auteurs « maison » le soin de se « critiquer » eux-mêmes. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ! Mais, à contrario, peu nombreux sont les historiens patentés qui acceptent d’utiliser au mieux les outils éditoriaux généralistes. Alors on se réjouira de ce que Jean-Louis Biget ait franchi le pas pour, comme il l’avait déjà fait pour deux conférences enregistrées sur CD audio chez De Vive Voix, de nouveau proposer son excellente pédagogie du sujet à destination d’un public touristique qui ne le connait pas, ou peu. Le lecteur averti n’évitera pas les particularités des thèses de Jean-Louis Biget ; le curieux disposera d’un texte très au fait de l’actualité de la recherche, tant sur le phénomène historique que pour la présentation des sites qui forment la partie guide.

 


brenonlivre.jpg
Les Cathares. La contre-enquête
/ Anne Brenon, Jean-Philippe de Tonnac.

Albin-Michel, 2008. 20€

Un livre entretien, un cheminement et, comme pour tout chemin, un lieu de départ : Montségur et une destination : l’Histoire. Un style aussi, celui de la conversation sérieuse mais détendue. Un artifice agréable qui se prolonge et s’essouffle un petit peu sur 400 pages. Mais bon, le chemin, s’il est bien balisé de questions quelquefois un peu « téléphonées », est aussi bordé d’épines ou semé d’embûches. La première est celle de l’Histoire présentée comme un sport de combat, qu’on pratiquerait pour se défendre, contre les autres, ceux qui doutent, ceux qui révisent, déconstruisent ou « hyper critiquent », ou nient. Pour un lecteur ignorant des querelles peu amènes qui scindent la communauté des chercheurs, le voilà prisonnier d’un débat qu’on lui impose, qui n’est pas le sien, engagé malgré lui sous les feux de la mitraille des historiens « ennemis des cathares », qu’on lui présente aux aguets, nombreux, dangereux, agressifs et valets du Vatican…alors qu’il ne voulait que se promener, paisiblement lui aussi, en compagnie d’Anne Brenon. La seconde est celle des incises autobiographiques constantes et parmi elles des piques, des allusions, des coups de pied de l’âne qu’Anne Brenon distribue généreusement et savamment, en clins d’œil appuyés « à ceux qui savent », ceux qui sauront lire entre les lignes… A trop vouloir faire de l’ego-histoire, on sent poindre l’identification de l’auteur et de son histoire personnelle à celle de son sujet fétiche. La troisième est le choix systématique d’un questionnement complaisant aux résonances résolument modernes. Le lecteur, une fois de plus, n’est pas libre de ses propres questions ; il est témoin d’une conversation dont il ne détermine rien, obligé à une intimité qu’il ne demande peut-être pas. Laissons là la forme pour le fonds. Une fois encore le lecteur averti ne manquera aucune des particularités des thèses d’Anne Brenon. Les autres rassembleront les éléments, épars tout le long d’un dialogue aux tonalités un peu forcées, d’une présentation sincère du catharisme et de ses contextes.

Une conférence-débat d’Anne Brenon et de Jean-Louis Marteil aura lieu à l’espace culturel Leclerc de Carcassonne, « les deux approches du Catharisme », le samedi 10 mai à 14h30 à l’occasion de la parution de ce livre.

logocec2.jpg

 

 

 


4 commentaires

  1. robert dit :

    Je découvre en béotien, mais avec beaucoup d’intérêt, cette critique du dernier livre d’entretiens en collaboration d’Anne Brenon. Ah bon, il existerait des bisbilles entre historiens du catharisme? Je l’apprends, mais on ne nous dit pas lesquelles, comme c’est dommage! Alors, non seulement il faudrait pouvoir lire entre les lignes du livre d’Anne Brenon, mais aussi entre celles de la critique proposée. Tout celà est très alléchant, mais un peu sportif! Continuez à nous passionner sur ce site, grand merci!!!!

  2. François dit :

    Le commentaire ci-dessus me laisse un peu perplexe: en effet, ou bien votre correspondant est un faux naïf, et il fait un peu trop semblant d’ignorer des réalités bien connues par ceux qui s’intéressent à l’histoire du catharisme; ou bien il les ignore vraiment, et alors il est urgent pour lui de lire l’excellent livre de René SOULA  » Les Cathares, entre légende et histoire » qu’il trouvera sur ce site et qui l’éclairera complètement!

  3. robert dit :

    Grand merci à François pour sa suggestion, j’ai finalement suivi son conseil et j’ai littéralement dévoré le livre de René Soula: il explique tout sur les représentations du catharisme depuis 150 ans, et en particulier (très sereinement) sur les différentes visions actuellement en compétition sur ce thème: passionnant, très vivant car vécu et authentique, et de fait bien nécessaire pour se repérer et se situer dans le débat: La connaissance un peu détaillée du contexte passé et présent est vraiment indispensable pour ne pas passer à côté du sujet!!!

  4. François dit :

    Je me permets d’ajouter ceci au commentaire précédent: si vous avez éventuellement l’occasion d’évoquer le catharisme auprès de vos proches, vous suscitez souvent des réactions surprenantes, correspondant généralement à une connaissance du sujet remontant aux années (19)60 (exemple-type: les deux volets de l’émission de Stello Lorenzi comme réalité définitive du catharisme) si pas à l’abbé Saunière, à Rennes le château et au trésor des Wisigoths confondu avec celui des Cathares! Il est donc URGENT de recommander l’excellente revue HdC, Histoire du Catharisme… au risque toutefois de passer alors pour un fana un tantinet suspect…

Répondre

Souvenir Français de Saint-... |
hafiane slimane |
exkodak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spiruline "l'algue bleue au...
| Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3