Les Cathares, des Talibans en puissance ?

legoffcec.jpg
Jacques Le Goff, célébrissime historien médiéviste, rend une sentence expéditive au procès historique des cathares.
Lisez son interview « Des gens savants véhiculent des idées fausses » dans le Figaro. fr Livres (en cliquant ici) et donnez-nous votre avis sur cette formule pour le moins lapidaire.

logocec2.jpg

 


13 commentaires

1 2
  1. Hureau Joëlle dit :

    Bonjour à tous et particulièrement… à Gérard Garric !
    Loin de moi la préoccupation de montrer que Jacques Le Goff a raison ou tort. A lui d’assumer ses paroles.
    Je suis de votre avis : il a voulu y aller de sa petite phrase, tentation à laquelle même les plus chevronnés (et surtout eux) ne résistent pas.
    Mon propos était de montrer qu’il fallait lire attentivement le texte de l’interview avant de conclure à une « sentence expéditive ». Si vous l’avez fait, vous avez lu comme moi que Jacques Le Goff était interrogé
    sur l’imaginaire. Il a répondu en imaginant.
    Certes, les bons hommes et les bonnes femmes n’ont pas recouru eux-mêmes à la violence, à notre connaissance. Mais il a bien fallu y avoir recours pour prendre leur défense, sans quoi il n’y aurait pas eu de croisade, mais une simple promenade militaire des seigneurs « du nord ».
    Les bons hommes et les bonnes femmes ont-ils refusé d’être ainsi défendus ? C’était de la légitime défense, me direz-vous. Oui, pour des mécréants dans mon genre qui ne croient pas au salut, qui ne pensent pas le gagner en menant une vie chaste et ascétique et qui, sans nécessairement la pratiquer, ne refusent pas la violence. Mais, dans la logique des bons hommes et bonnes femmes, telle qu’elle nous est présentée, il y a quelque incohérence à accepter une protection armée, impliquant une guerre, acte spécifique de ce monde mauvais.
    Amicalement à tous.
    Joëlle Hureau

  2. devismutuelles dit :

    moi, je suis conquise par mr le goff , et c’est passionnant , bravo pour ce blog.

  3. Eric dit :

    Il n’y a aucune incohérence à laisser quelqu’un prendre votre défense si vous être bon chrétien.
    Comme vous ne pouvez l’ignorer, s’ils veillaient à respecter certaines pratiques de justice, de vérité et de non violence, ils s’interdisaient également de porter tout jugement moral sur les autres et d’agir envers eux autrement qu’à leur sollicitation.
    Donc, ils n’avaient aucun motif valable pour prétendre donner des ordres aux occitans ou pour leur faire la morale.
    Ayant atteint le stade d’éveil qui était le leur, ils savaient pertinemment que pour pécher il faut être connaisseur du mal et du bien, ce qui n’est le cas que de celui qui s’est avancé sur le chemin du Bien.
    Donc, si un bon chrétien se savait pertinemment pétri de péché et de vilénie, il savait aussi que même les bons croyants n’étaient pas en mesure de véritablement pécher.
    Ils veillaient simplement à donner à ceux qui le leur demandait un minimum de morale comme le montre l’épisode du croyant revenant d’une soirée auprès d’une dame de petite vertu, qui demandant au chrétien s’il avait commis le mal s’entendit répondre que s’il avait payé le prix demandé, l’affaire s’étant conclue à la satisfaction des deux parties, il n’y avait pas de mal.

1 2

Répondre

Souvenir Français de Saint-... |
hafiane slimane |
exkodak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spiruline "l'algue bleue au...
| Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3