Eudes de Bourgogne et la croisade

sceaueudes.jpgLe Centre d’Études Cathares-René Nelli a le plaisir de vous convier à la conférence publique de Charles Peytavie « Eudes III de Bourgogne (1166-1218), le premier chef militaire de la Croisade contre les Albigeois », le mercredi 28 janvier 2009 à 18h à la bibliothèque du CEC, 3e étage de la Maison des Mémoires, 53 rue de Verdun, Carcassonne. Entrée libre et gratuite.

Simon de Montfort ne fut pas le premier chef militaire de la Croisade albigeoise. Au mois de juin 1209, lorsque l’armée de la Croisade se réunit à Lyon au service de la papauté pour lutter contre les hérétiques et tous ceux qui les protègent entre Rhône et Garonne, c’est un cousin éloigné du roi de France, Philippe Auguste, appartenant comme lui au lignage capétien, qui prend la tête de cette première guerre sainte menée en terre chrétienne. Il s’agit du duc Eudes III de Bourgogne.

Chevalier expérimenté, maître de l’une des cinq grandes principautés du royaume, il appartient au premier cercle des hauts dignitaires qui entourent le souverain capétien. Eudes a le même âge que le roi ; il a l’habitude de chevaucher régulièrement à ses côtés ; il serait aussi, selon certaines chroniques, l’un des rares à pouvoir se permettre de l’interpeller sur le champ de bataille. Son indéfectible fidélité au roi de France lui vaut, malgré ses soutiens à Cluny et à Cîteaux, une succession de problèmes avec la papauté. Philippe Auguste a tellement besoin du duc qu’il l’empêche même de partir, en 1202 pour la Terre Sainte afin qu’il l’accompagne se battre contre les Anglais en Normandie.Aussi rien d’étonnant si, au début de l’année 1209, c’est à lui que le roi confie la conduite de l’armée en partance pour le Midi, une mission de confiance, délicate sur le plan diplomatique et incertaine d’un point de vue militaire.

Au cours de cette conférence, nous verrons comment Eudes a préparé cette campagne militaire de l’été 1209, quelle est sa part de responsabilité dans le sac de Béziers et la chute de Carcassonne et pourquoi il a refusé, après le siège raté de Cabaret, de rester dans le Midi. Nous verrons aussi quelles furent ses relations avec le clan Montfort et comment lui qui fut un héros de la guerre contre les Anglais et plus tard de la bataille de Bouvines (1214) resta étroitement mêlé aux événements de cette croisade qu’il avait commencée dans le Midi.

 


2 commentaires

  1. Grenouiller dit :

    Bonjour à tous
    dans la suite du commentaire il y a une petite erreur si je me souviens la bataille de Bouvine c’est en 1214 pas en 1212.

  2. cecnelli dit :

    Bonsoir,

    Vous avez entièrement raison, la bataille de Bouvines a en effet eu lieu le 27 juillet 1214, un dimanche plus précisément, date qui a donné lieu au livre exceptionnel de G. Duby, « Le dimanche de Bouvines » (Gallimard, coll. Folio, Paris, 1985).

    Bonne soirée,
    Le modérateur

Répondre

Souvenir Français de Saint-... |
hafiane slimane |
exkodak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spiruline "l'algue bleue au...
| Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3