Les Blancs et les Noirs…

folquet.jpgLe Centre d’Études Cathares – René Nelli a le plaisir de vous convier à la conférence publique de Charles Peytavie, Les Blancs et les Noirs. Divisions et dissensions politiques dans Toulouse, sur fonds de lutte contre les hérétiques et les usuriers au tournant des années 1210-1211, le mercredi 27 janvier 2010 à 18h00, bibliothèque du CEC, 3e étage de la Maison des Mémoires, 53 rue de Verdun, Carcassonne. Entrée libre et gratuite.

Au début du printemps 1210, alors que Simon de Montfort poursuit sa guerre sainte au nom de l’Église dans les domaines ayant appartenu au vicomte Raymond-Roger Trencavel, l’évêque de Toulouse, Foulque, s’active pour reprendre en main dans sa cité la lutte contre les hérétiques et les usuriers. Depuis plusieurs mois, le peuple de Toulouse n’est plus dans les bonnes grâces de l’Église, officiellement sous le coup d’une nouvelle sentence d’excommunication depuis septembre 1209 et frappé d’interdit parce qu’il a refusé de livrer au légat Arnaud-Amaury les hérétiques de la ville.Foulque s’emploie alors à trouver les moyens d’une réconciliation.

Pour y parvenir, il organise l’entrée du légat dans Toulouse mais celle-ci est vécue par certains comme une provocation. Il choisit aussi d’y fonder une confrérie de citoyens chargés d’y traquer les hérétiques et les usuriers partout où ils se trouvent. Ce rassemblement prend vite le nom de « confrérie blanche. Mais parce qu’il dirige principalement son action contre le Bourg de la ville, en réaction, les habitants de cette partie de Toulouse fondent à leur tour une autre association, la « confrérie noire ». Aussitôt, la ville est précipitée au bord de la guerre civile et jusqu’au printemps 1211, au moment où Montfort jette ses troupes sur Lavaur puis sur Toulouse, l’existence de ces deux confréries rivales fait régner dans la cité raymondine un climat délétère de crainte et de terreur.

Évoquer la brève histoire de ces deux confréries toulousaines, nées et disparues au cours de la Croisade albigeoise, permet de revenir sur l’histoire de la lutte contre l’hérésie à Toulouse dans les deux premières années de la guerre sainte lancée par l’Église en terre languedocienne, il y a huit cents ans tout juste. Ce sera aussi l’occasion d’évoquer les relations ambiguës et difficiles entre la cité toulousaine et son évêque, l’ancien troubadour Foulque, auxiliaire convaincu de la Croisade et de la lutte contre la dissidence religieuse.

Illustration : Folquet de Marseille © DR.

logocec2.jpg

 


Répondre

Souvenir Français de Saint-... |
hafiane slimane |
exkodak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spiruline "l'algue bleue au...
| Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3