Archive pour avril, 2010

Les Cathares en bandes dessinées à Toulouse

affichetoulouse.jpgÀ l’occasion de la quatrième édition du Festival BD de Toulouse qui aura lieu du 7 au 9 mai Place du Capitole à Toulouse, Nicolas Gouzy et Charles Peytavie seront présents avec les autres auteurs de l’album Cathares en Languedoc, Philippe Jarbinet et Guy Jungblut, sur le stand des éditions Empreinte le Samedi 8 toute la journée. Ce festival sera en grande partie consacré au Moyen Âge et au catharisme dans la bande dessinée contemporaine. Nous serons heureux de vous y accueillir pour dédicacer ce bel album.
Un tirage limité de posters a été réalisé à partir de l’illustration de couverture de l’album et de l’affiche du salon ; ils seront également disponibles au prix unitaire de 20,00 € (dédicace de Philippe Jarbinet possible) et vous seront expédiés sous tube cartonné si vous ne pouvez pas les récupérer sur place. Se renseigner auprès de l’organisateur du salon : michel.joos@wanadoo.fr.
Toute la programmation des trois journées dans le programme joint :
Les Cathares en bandes dessinées à Toulouse dans Rendez-vous pdf programmefestival.pdf

logocec2.jpg

1981-2011 : trente ans, et après ?

1981-2011 : trente ans, et après ? dans Demain logocecNous travaillons d’arrache-pied à l’élaboration d’un modèle d’entreprise sociale qui se consacrerait à la mise en valeur du patrimoine historique et de ses acteurs, en privilégiant de nouveaux modes de médiation à destination de publics particuliers. Il y aurait toujours au cœur de ses préoccupations le catharisme et ses contextes historiques.  Merci aux adhérents qui participent à cette invention. Pour chacun des quatre domaines d’activité stratégique que nous avons retenus (édition et librairie, formation, ingénierie culturelle et  tourisme culturel) nous allons constituer des groupes de travail et programmer des réunions régulières. Celui sur le tourisme culturel s’est déjà réuni deux fois ; les autres sont en préparation. Il est très important que notre projet de Société Coopérative se construise avec nos adhérents actuels qui en seront les futurs et premiers usagers. Mais ce n’est pas exclusif aux seuls adhérents, toutes les bonnes volontés sont bienvenues.

« Mais qu’est qu’une S.C.I.C. ? » Une définition ici

Merci pour votre soutien et vos avis sur notre actualité. Nous les publions sur ce billet dans les commentaires. Les avis anonymes ne seront  pas mis en ligne.

Le comte de Toulouse… de Frédéric Soulié

couvsoulie.jpgFort du succès impressionnant connu par son précédent roman Le Vicomte de Béziers, paru en 1834, Frédéric Soulié (1800-1847) poursuit dans ce second opus, Le Comte de Toulouse, le récit des principaux épisodes de l’histoire du Midi de la France au XIIIe siècle au cours de la Croisade contre les Albigeois, depuis le premier siège de Toulouse, en 1211, jusqu’à la grande bataille de Muret, en septembre 1213.

Le Languedoc au printemps 1211. De retour de Terre Sainte, le chevalier Albert de Saissac, accompagné de son fidèle Goldery, découvre son pays dévasté, son château détruit, sa famille et ses gens mutilés ou massacrés… La terre méridionale est partout mise à feu et à sang par les redoutables croisés de Simon de Montfort. Le nouveau maître de Carcassonne, d’Albi et de Béziers envisage désormais de renverser le vieux comte de Toulouse et de s’emparer de sa grande cité sur la Garonne. Soutenu par l’autoritaire et exalté évêque Foulque, l’ancien troubadour devenu l’âme damnée de la Croisade, appuyé par son clan aux membres dévorés d’ambition, Montfort est prêt à tout pour faire tomber la dynastie toulousaine, même à recevoir le soutien d’un mystérieux chevalier aux qualités militaires exceptionnelles du nom de Laurent de Turin. Les chevaliers et les bourgeois du Midi parviendront-ils enfin à faire face ensemble à la menace qui gronde, contre l’ogre français ? Plongé au coeur de la tourmente, Albert de Saissac parviendra-t-il à se venger de Montfort ? Choisira-t-il les intérêts de sa patrie méridionale ou bien ceux d’une vendetta familiale ? Arrivera-t-il à contenir ses sentiments les plus profonds pour servir la cause occitane ?

Charles Peytavie, historien médiéviste, spécialiste de la Croisade albigeoise et médiateur culturel au Centre d’Études Cathares, est l’auteur de la préface de ce livre. Le premier volume de l’épopée de Frédéric Soulié, Le Vicomte de Béziers, est paru en 2008. Il est toujours disponible. Les deux font la paire !

Le bon de commande :
Le comte de Toulouse... de Frédéric Soulié dans Librairie pdf commandesouli2.pdf
La préface de Charles Peytavie :
pdf dans Librairie prefacectetoulouse.pdf

logocec2.jpg

Le Livre Vert de Pierre de la Jugie (1347-1375)

mljalabert.jpgLe Centre d’Études Cathares – René Nelli a le plaisir de vous convier à la présentation publique du livre de Marie-Laure Jalabert Le Livre vert de Pierre de la Jugie (1347-1375) le mercredi 28 avril 2010 à 18h00, bibliothèque du CEC, 3e étage de la Maison des Mémoires, 53 rue de Verdun, Carcassonne. Entrée libre et gratuite.

L’archevêque de Narbonne est au XIVe siècle l’un des prélats le plus riches de France, la troisième fortune ecclésiastique du Royaume. L’installation de la Papauté à Avignon l’a considérablement rapproché du centre du pouvoir ; le siège de Narbonne est donné à l’un des très proches du pontife, parent ou conseiller.

A partir d’une source exceptionnelle connue sous le nom de Livre Vert, inventaire synthétique des biens et des droits des archevêques de Narbonne rédigé à l’initiative de Pierre de La Jugie (1347-1375), et de l’analyse des fragments de comptabilités originales conservés au Archives secrètes du Vatican, Marie-Laure Jalabert dévoile comment les archevêques de Narbonne géraient au XIVe siècle leur immense patrimoine et quels étaient les revenus leur assurant leur train de vie princier. Les détails souvent pittoresques de ces sources – un véritable inventaire à la Prévert – nous permettent de mieux connaître l’organisation quotidienne de la vie dans les « baylies » composant la seigneurie archiépiscopale (Montels, Narbonne, Sigean, Canet, Alaigne, Quillan, Villerouge-Termenès) et de croiser, au détour de cette visite très vivante dans le passé, des personnages attachants.

jugiedoc.jpg

On découvre aussi, à travers ce livre remarquablement écrit, une figure prestigieuse du Languedoc médiéval, l’archevêque Pierre de La Jugie, prélat bâtisseur, grand ordonnateur de nouveaux lieux de culte et de châteaux, imprégné par sa charge pastorale et très soucieux dès qu’il le peut de faire connaître l’étendu de son pouvoir et de son prestige de seigneur haut justicier.

L’auteur, Marie-Laure Jalabert, agrégée et docteur en histoire du Moyen Age, enseigne actuellement au Lycée Henri IV de Béziers. En 2007, elle a soutenu une thèse préparée à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Monique Bourin : « Autour du Livre Vert, idéal et réalités de la seigneurie des archevêques de Narbonne de Gilles Aycelin à Pierre de La Jugie (1290-1375) » dont est tiré l’ouvrage aujourd’hui édité. Elle a reçu pour ce travail universitaire le Prix des Arts et Sciences Joseph Poux 2007décerné par le Conseil Général de l’Aude.

Illustrations : Bénédiction d’un bateau et bénédiction de la première pierre d’une église. Fragment du Pontifical de Pierre de La Jugie. Vers 1350.

logocec2.jpg

Un québecois au Centre d’Études Cathares

quebecois.jpgNous avons eu le plaisir d’accueillir, fin 2009 et début 2010, Jean-Philippe Marcoux-Fortier, étudiant en maîtrise d’Histoire Médiévale à l’Université Laval de Québec, sous la direction de Didier Méhu. Jean-Philippe a profité de son séjour à Montpellier (Dans le cadre d’un échange avec l’Université Paul-Valéry), pour venir travailler à Carcassonne, rencontrer Charles Peytavie et explorer notre fonds documentaire. Son sujet de recherche est le suivant : « Les rituels des bons hommes languedociens d’après deux registres d’Inquisition (Albi, 1286-1287 et 1299-1300) ;  dynamique des rituels dits «hérétiques» au sein des archives inquisitoriales et leur symbolisme dans l’imaginaire clérical ».
De retour à Québec, Philippe nous contacte désormais régulièrement et nous échangeons de nombreux courriers électroniques.

logocec2.jpg

Lecture-conférence à la Cité autour du Livre secret,

plevnes.jpgSon Excellence Jordan Plevnes revient à la rencontre du public carcassonnais le lundi 5 avril à 16h30,  au Château Comtal de la Cité de Carcassonne, pour lui présenter son nouveau roman dans le cadre d’une lecture-conférence.
Le Livre Secret est en effet le deuxième roman de ce dramaturge macédonien de renom, dont les pièces sont jouées dans le monde entier : Erigon (1er prix au Festival international de théâtre de Sarajevo), La Peau des autres, Le Bonheur est une idée nouvelle en Europe, Le Dernier homme, la dernière femme.
La trame est inspirée par le périple d’un ancien texte bogomile écrit en caractères glagolitiques et latins, qui a vu le jour vers la fin du XIe siècle en Macédoine. L’œuvre de Jordan Plevnes propose une reconstitution du chemin du précieux manuscrit à travers 12 haut-lieux méditerranéens, qui a transité par la Bosnie, la Dalmatie, la Vénétie, la Lombardie et la Provence avant de rejoindre la cité de Carcassonne.
Edité en France entre autres par La Table Ronde, L’Espace d’un instant et Anthropos, Jordan Plevnes est le traducteur des œuvres d’Artaud, de Camus et de Genêt. En 2006 son premier roman La Huitième merveille du monde a été primé en France. Le Livre secret a inspiré un film tourné dans les environs de Carcassonne avec Thierry Frémont et Jean-Claude Carrière.  Depuis 2001, Jordan Plevnes est ambassadeur de la Macédoine en France et auprès de l’UNESCO. Il est également recteur de l’Université pour les arts audiovisuels de Skopje. En 2008, il a  été nommé chevalier de l’Ordre national des arts et des lettres.

logocec2.jpg

 

Souvenir Français de Saint-... |
hafiane slimane |
exkodak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spiruline "l'algue bleue au...
| Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3